Soudan : L’état d’urgence aggrave la répression contre les manifestants

Les autorités soudanaises doivent mettre un terme aux mesures prises au titre de l’état d’urgence pour réprimer violemment la dissidence, alors que les mouvements de protestation se poursuivent dans tout le pays, a déclaré Amnesty International.

À la suite de l’instauration de l’état d’urgence vendredi, le gouvernement a déployé de nombreux agents des forces de sécurité – y compris des soldats – pour réprimer les manifestants.

Des milliers de Soudanais manifestent de nouveau aujourd’hui dans différentes régions du pays. Les forces de sécurité ont envahi l’Université Ahfad pour les femmes à Omdurman, dispersant les étudiantes au moyen de gaz lacrymogènes et en les frappant.

« Les autorités soudanaises utilisent l’état d’urgence pour justifier l’utilisation croissante de balles réelles et de gaz lacrymogènes contre les manifestants, et le recours à la torture sans restriction contre les détenus. »

« Les autorités soudanaises utilisent l’état d’urgence pour justifier l’utilisation croissante de balles réelles et de gaz lacrymogènes contre les manifestants, et le recours à la torture sans restriction contre les détenus, a déclaré Joan Nyanyuki, directrice du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International.

« Le gouvernement soudanais doit immédiatement cesser de recourir, au titre de l’état d’urgence, à ces mesures extrêmes qui visent à intimider la population et à l’empêcher d’exercer sa liberté d’expression. Les gens ont le droit de protester pacifiquement contre la situation sociale, politique et économique et dans le pays. »

Dimanche, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles et lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants dans l’état de Khartoum, blessant au moins trois personnes. D’autres éléments des forces de sécurité sont entrés par la force dans le campus de l’Université des sciences médicales et de la technologie, à Khartoum, où des étudiants manifestaient pacifiquement. Ils ont lancé des gaz lacrymogènes dans les salles de classe, battu des étudiants et arrêté plusieurs dizaines d’entre eux.

Dans les districts de Burri à Khartoum et d’Alabasyia à Omdurman, de nombreux membres des forces de sécurité ont été déployés, appartenant aux Forces armées soudanaises, au Service national de la sûreté et du renseignement et à la police. Ils se sont introduits par la force chez des gens à Burri, dimanche, lançant des gaz lacrymogènes, frappant les personnes et confisquant des téléphones portables.

Samedi, les forces de sécurité ont pénétré par effraction chez des médecins près de l’hôpital universitaire de Khartoum, battu des médecins et arrêté plus de 40 d’entre eux, les accusant d’organiser des manifestations.

« Cette violente répression exercée contre la population immédiatement après l’annonce de l’instauration de l’état d’urgence est très inquiétante, a déclaré Joan Nyanyuki.

« Les personnes qui manifestent pacifiquement dans la rue doivent être autorisées à s’exprimer, et les attaques menées par les forces de sécurité contre les manifestants, les arrestations arbitraires et les actes de torture doivent cesser immédiatement. »

Depuis le début des manifestations antigouvernementales, qui ont commencé le 19 décembre 2018, Amnesty International a enregistré et contrôlé 14 cas de personnes tuées et plus de 180 cas de personnes blessées. Selon des représentants du gouvernement, plus de 2 600 personnes ont été arrêtées et placées en détention lors de ces manifestations qui se poursuivent.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

3 ans de drame, 3 ans de souffrance : « bon » anniversaire !

Cela fait trois ans qu’un accord conclu entre l’UE et la Turquie entache les droits humains. Des milliers de personnes se retrouvent coincées et souffrent. Signez la pétition !