Venezuela : Arrestation des dirigeants de l’opposition

L’arrestation de deux dirigeants de l’opposition à Caracas, tard dans la nuit du 31 juillet, montre que le gouvernement du président Maduro cherche absolument à faire taire tous ceux qui le critiquent alors que la crise humanitaire et politique a amené le pays au bord de la rupture, a déclaré Amnesty International.

« Le gouvernement du président Maduro adresse un message terrifiant à la population du Venezuela : aucune forme de dissidence n’est tolérée », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International.

En pleine nuit, des agents du service de renseignement vénézuélien ont appréhendé Leopoldo López, dirigeant du parti d’opposition Voluntad Popular, et Antonio Ledezma, maire de Caracas, à leur domicile sans mandat d’arrêt. Les deux hommes avaient été transférés à leur domicile en résidence surveillée pour des raisons de santé.

« Les autorités du Venezuela ne doivent pas perdre davantage de temps : elles doivent radicalement changer de direction en ce qui concerne leur attitude quant à la liberté d’expression. Faute de cela, la situation va devenir effrayante. »

Leopoldo López, qui est un prisonnier d’opinion, purgeait une peine prononcée contre lui pour incitation à la violence lors des manifestations antigouvernementales de 2014, et Antonio Ledezma avait été arrêté en 2015 pour conspiration.

« Le gouvernement vénézuélien doit veiller à ce que les deux hommes aient pleinement accès à leurs avocats et à ce que toutes les garanties prévues par la loi soient respectées dans ces deux affaires. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse