Zambie : Le procès des militants ayant manifesté contre des dépenses du gouvernement est injuste

Le procès de six défenseurs des droits humains et militants, dont le célèbre musicien zambien Pilato, jugés uniquement pour avoir pris part à une manifestation pacifique contre les sommes exorbitantes dépensées par le gouvernement pour des véhicules de pompiers, est motivé par des considérations politiques et constitue un affront à la justice.

Les audiences reprennent devant le tribunal de première instance de Lusaka le 24 septembre 2018.
 
Les six militants ont été inculpés de désobéissance à un ordre légitime après avoir manifesté devant le Parlement le 29 septembre 2017 pour dénoncer des faits de corruption sous-tendant l’achat de 42 véhicules de pompiers pour 42 millions de dollars américains. Le coût présumé de ces véhicules a suscité un tollé général au sujet de la mauvaise utilisation des fonds publics.

 
«  Ces militants sont jugés uniquement pour avoir réclamé la transparence et l’obligation de rendre des comptes sur les dépenses publiques. Ils n’ont commis aucun crime et n’auraient jamais dû être inculpés, a déclaré Deprose Muchena, directeur du bureau régional pour l’Afrique australe d’Amnesty International.

« Les autorités zambiennes doivent abandonner les accusations à caractère politique portées à leur encontre et doivent respecter, protéger et promouvoir les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique dans le pays. »
 
Ces six militants – le musicien Fumba Chama alias Pilato, Lewis Mwape, Laura Miti, Sean Enock Tembo, Bornwell Mwewa et Mika Mwambazi – ont plaidé non coupable des charges retenues contre eux.
 
S’ils sont reconnus coupables, ces défenseurs des droits humains et militants, qui ont été frappés par les policiers lors de leur arrestation, encourent jusqu’à deux ans de prison.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.