Écrire Un chamane conteste son internement pour une durée indéterminée

Le 23 septembre, la Cour suprême de la République de Sakha (Iakoutie) examinera le recours formé par le chamane Alexandre Gabychev contre un jugement ordonnant son internement psychiatrique.

Cet homme est actuellement en détention provisoire et fait l’objet d’une enquête pour violences présumées à l’encontre d’un policier. Alexandre Gabychev est pris pour cible par les autorités depuis qu’il a annoncé son intention, en 2019, de rejoindre Moscou à pied depuis la Sibérie et d’utiliser ses pouvoirs chamaniques pour « chasser » le président Vladimir Poutine.

Ses critiques à l’égard des autorités russes et ses activités militantes pacifiques lui ont valu d’être arbitrairement arrêté à plusieurs reprises, soumis à des fouilles et à des examens humiliants et interné en établissement psychiatrique.

Le 23 septembre 2021, la Cour suprême de la République de Sakha (Iakoutie) examinera le recours formé par Alexandre Gabychev contre une décision judiciaire antérieure ordonnant son internement psychiatrique pour une durée indéterminée et autorisant l’administration de traitements forcés à son encontre.

Alexandre Gabychev est un chamane connu pour avoir annoncé, en 2019, son intention de parcourir à pied les 8 500 kilomètres séparant Iakoutsk de Moscou et d’utiliser ses pouvoirs chamaniques pour « chasser » le président Vladimir Poutine du Kremlin. Des semaines plus tard, après avoir parcouru des centaines de kilomètres, Alexandre Gabychev a été arbitrairement arrêté par la police en septembre 2019 et placé dans un établissement psychiatrique. Il a ensuite été rapidement libéré, placé sous surveillance et inculpé au titre de l’article 280.1 du Code pénal (« appels publics à des activités extrémistes »). Essayant à nouveau de rallier Moscou, il a fait l’objet d’une nouvelle arrestation arbitraire en mai 2020, au motif qu’il aurait refusé de subir un test de dépistage du COVID-19. Il a été examiné par des psychiatres, qui ont affirmé qu’il souffrait d’une « surestimation de soi » parce qu’il aurait exprimé l’intention de « nuire au gouvernement ». Il a été libéré le 22 juillet 2020, à la suite de vives protestations publiques en Russie et à l’étranger.

Le 27 janvier 2021, alors qu’Alexandre Gabychev avait annoncé quelques jours plus tôt se préparer à un nouveau périple vers Moscou, une cinquantaine de membres des forces de l’ordre, obéissant selon certaines informations aux ordres du vice-ministre de l’Intérieur de la Iakoutie, ont fait une descente à son domicile. Le prétexte de l’intervention était le fait qu’Alexandre Gabychev ne s’était pas présenté à un rendez-vous prévu avec un psychiatre en raison de ses prétendus troubles mentaux. La police affirme que lors de son arrestation, Alexandre Gabychev a dégainé une épée de cérémonie iakoute et infligé une blessure (une petite entaille) à l’un des policiers. Le 2 février, le tribunal municipal de Iakoutsk a ordonné l’internement d’Alexandre Gabychev dans un établissement psychiatrique aux fins d’examens, et trois semaines plus tard, la commission d’enquête a annoncé qu’il était officiellement inculpé d’« appels à l’extrémisme » et d’« usage de la violence contre des policiers ».

Le 18 mars, des experts médicaux ont annoncé qu’on lui avait diagnostiqué des troubles de la santé mentale qui nécessitaient une hospitalisation et un traitement. Le 26 juillet, le tribunal municipal de Iakoutsk a ordonné qu’Alexandre Gabychev soit interné au Dispensaire neuropsychologique de la République de Iakoutie pour une durée indéterminée, pendant qu’il faisait l’objet d’une enquête sur les charges susmentionnées.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit