Écrire Disparition d’une femme peut-être victime d’un féminicide

Cecilia Strzyzowski Argentine

Cecilia Strzyzowski (28 ans) a disparu depuis le 1er juin. Elle a été aperçue pour la dernière fois en compagnie de son mari, César Sena, à Resistencia, dans la province du Chaco, en Argentine.

Sa disparition fait l’objet d’une enquête en tant que féminicide, car des ossements humains, des traces de sang et des vêtements ont été trouvés dans deux propriétés appartenant à la famille de César Sena ; cette famille jouit d’une grande influence politique dans la région et plusieurs de ses membres ont été précandidats pour de récentes élections provinciales. Dans le cadre de cette enquête, César Sena et ses parents ont été placés en détention.

Nous demandons qu’une enquête efficace, impartiale, indépendante et tenant compte des questions de genre soit menée dans les meilleurs délais afin d’établir la vérité au sujet de la disparition et de l’éventuel féminicide de Cecilia Strzyzowksi.

La disparition de Cecilia Strzyzowksi fait l’objet d’une enquête en tant que féminicide, car des ossements humains, des traces de sang et des vêtements ont été trouvés dans deux propriétés appartenant à la famille de son mari, César Sena. Le 27 juin 2023, des fouilles ont été menées dans la Tragadero, une rivière qui coule non loin de la ferme d’Emerenciano Sena et Marcela Acuñas, les parents de César Sena, et des restes de squelette humain y ont été trouvés, selon le rapport de l’équipe d’experts de l’Institut médicolégal du Chaco. De plus, des plongeurs professionnels ont trouvé un pendentif, dans un sac, qui pourrait appartenir à Cecilia Strzyzowksi.

César Sena et ses parents, qui jouissent d’une grande influence dans la région et qui ont été précandidats pour de récentes élections provinciales, ont été placés en détention et sont inculpés du meurtre de la jeune femme. César Sena est inculpé de meurtre avec circonstances aggravantes du fait de sa relation avec Cecilia Strzyzowksi et parce que ce crime aurait été commis dans le cadre de violences liées au genre, ce qui conduirait à le qualifier de féminicide. Parallèlement, ses parents sont également inculpés de meurtre avec circonstances aggravantes du fait de soupçons de préméditation et complicité dans ce crime. Quatre autres personnes ont été inculpées, car elles sont soupçonnées d’avoir participé au meurtre présumé ou d’avoir dissimulé le corps.

En Argentine, les autorités ont enregistré un cas de féminicide toutes les 35 heures en 2022 ; 167 de ces 252 homicides ont eu lieu dans le contexte de violences commises dans la sphère familiale. La province du Chaco se place au second rang des provinces enregistrant le plus grand nombre de féminicides, selon les informations communiquées par le Registre national des féminicides de la justice argentine.

Reconnaissant la gravité de la situation, lors du dernier Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, plusieurs États ont formulé des recommandations à l’intention de l’Argentine pour qu’elle renforce la lutte contre les violences fondées sur le genre et alloue les ressources nécessaires pour que les responsables des féminicides soient déférés à la justice.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

L’avortement est un droit. Parlementaires de Belgique, changez la loi !

L’avortement est un droit humain et un soin de santé essentiel pour toute personne pouvant être enceinte. Ceci sonne comme une évidence ? Et bien, ce n’est pourtant pas encore une réalité en (…)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit