Écrire Un éminent défenseur des droits humains doit être libéré

La dernière audience du procès d’Oïoub Titiev, éminent défenseur des droits humains et directeur du bureau de Grozny de l’ONG russe Memorial, aura lieu le 11 mars. Accusé d’infractions - forgées de toutes pièces - à la législation sur les stupéfiants, il risque jusqu’à 10 ans d’emprisonnement s’il est déclaré coupable. Cet homme est poursuivi uniquement pour avoir exercé pacifiquement ses droits fondamentaux, il s’agit donc d’un prisonnier d’opinion. En conséquence, il doit être libéré immédiatement et sans condition.

Les audiences dans l’affaire Oïoub Titiev ont repris le 14 janvier 2019, après une interruption de trois semaines. Depuis lors, une dizaine d’audiences ont eu lieu, au cours desquelles la défense a adressé au juge de nombreuses requêtes destinées à prouver que l’affaire avait été fabriquée de toutes pièces, mais ces demandes ont toutes été rejetées.
L’une des requêtes les plus récentes visait à exclure, à titre de preuve irrecevable, le sac contenant des stupéfiants censé avoir été trouvé dans la voiture d’Oïoub Titiev le 9 janvier 2018. L’équipe chargée de la défense a fait valoir que le traitement de cet élément de preuve n’avait pas été conforme aux règles de base relatives au traitement des preuves matérielles. Selon le dossier, les stupéfiants ont en effet été envoyés pour expertise dans un contenant différent de celui dans lequel ils sont supposés avoir été trouvés. Cela signifie que ce contenant, qui aurait dû rester sous scellé, a été ouvert.
Le 14 février, le Parlement européen a adopté une résolution sur la situation en Tchétchénie et sur l’affaire Oïoub Titiev, demandant la libération immédiate de cet homme et soulignant qu’il était poursuivi sur la base de fausses accusations. La résolution invitait également les personnalités sportives internationales et les artistes à s’abstenir de participer à des manifestations publiques en Tchétchénie ou à des manifestations parrainées par la République tchétchène.
Oïoub Titiev est l’un des défenseurs des droits humains les plus courageux de Russie et dirige le bureau de Memorial à Grozny depuis plus de neuf ans, apportant une assistance aux victimes et recueillant des informations sur les violations des droits humains en Tchétchénie. L’ONG Memorial et son personnel font depuis des années l’objet de campagnes de représailles et de diffamation en raison des activités pacifiques que mène cette organisation pour défendre les droits humains. Natalia Estemirova, prédécesseure d’Oïoub Titiev, a été enlevée et assassinée en 2009, et de nombreuses arrestations arbitraires ou agressions ont visé d’autres membres du personnel de Memorial.
Le 8 octobre 2018, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a reconnu le travail d’Oïoub Titiev en lui décernant le Prix des droits de l’homme Václav Havel.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit