Écrire Il faut libérer un journaliste emprisonné pour un rapport d’enquête

Pour AGIR : copiez-collez le modèle de lettre ci-dessous dans le cadre bleu et envoyez-le au Procureur général de la République fédérale de Somalie, Sulayman Mohamed Mohamoud par email : info@ago.gov.so
Vous pouvez aussi envoyer votre message en copie à l’Ambassade de Somalie à Bruxelles : somalrep@gmail.com

Vous pouvez aussi personnaliser votre courrier avant de l’envoyer, cela augmentera la probabilité qu’il parvienne aux destinataires. Veillez à ce que votre courrier soit respectueux et persuasif - n’utilisez pas de langage haineux. Expliquez que vous suivrez de près cette campagne et que vous en parlerez à d’autres personnes.

Pour que nous puissions faire un suivi des actions, merci de mettre action@amnesty.be en copie cachée (Cci) de votre mail.

Le 17 août, des membres des forces de sécurité en civil ont arrêté Mohamed Ibrahim Osman Bulbul, journaliste de Kaab TV et employé du Syndicat des journalistes somaliens (SJS), une organisation locale de défense des médias.

Son arrestation a eu lieu le lendemain de la publication d’un article sur le détournement présumé de fonds de l’Union européenne destinés à former des agents de la police somalienne.

Le 25 septembre, il a été inculpé d’« outrage à la nation ou à l’État » et de « diffusion d’informations fausses et tendancieuses ». Le 28 septembre, il a été transféré à la prison centrale de Mogadiscio, où il est toujours détenu.

Les autorités somaliennes doivent libérer Mohamed Ibrahim Osman Bulbul immédiatement et sans condition et abandonner toutes les charges pesant sur lui.

Mohamed Ibrahim Osman Bulbul exerce ses activités en Somalie, un pays ravagé par les conflits depuis plus de 30 ans. Les opérations militaires menées contre Al Shabab par le gouvernement somalien et les troupes étrangères, dont la Mission de transition de l’Union Africaine en Somalie (ATMIS) et l’armée américaine, continuent de faire de nombreuses victimes parmi la population civile. Toutes les parties au conflit continuent de bafouer le droit international humanitaire et relatif aux droits humains. Des civil·e·s sont tués de manière aveugle par les forces somaliennes et leurs alliés lors d’affrontements avec Al Shabab, ainsi que lors d’échanges de tirs dans le cadre de violences entre clans qui perdurent dans certaines régions du pays.

Au fil des ans, le droit à la liberté d’expression est sévèrement réprimé en Somalie. Des journalistes et des professionnel·le·s des médias ont été frappés, harcelés, intimidés, menacés et soumis à la détention arbitraire, notamment par la police, l’armée et d’autres représentant·e·s du gouvernement. Les autorités limitent toujours l’accès à l’information et bâillonnent la liberté de la presse. Elles font également des descentes dans les médias et les ferment temporairement afin d’empêcher ou de décourager la couverture des événements d’actualité et à titre de représailles pour les reportages critiques. Au cours des cinq dernières années, plus de 12 journalistes ont été tués. Les auteurs de ces atteintes aux droits humains ont rarement à répondre de leurs actes.

Le gouvernement actuel continue de restreindre la liberté de la presse. En décembre 2022, il a publié une directive demandant aux médias locaux de soumettre à approbation tous les contenus avant de les diffuser. Le 8 octobre 2022, le ministère de l’Information somalien a émis une directive interdisant la « diffusion de messages relevant d’une idéologie extrémiste par le biais des médias traditionnels et des réseaux sociaux ».

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit