Écrire La santé d’un universitaire en détention se détériore

Gubad Ibadoghlu est un économiste politique et militant de la société civile de renom. Le 23 juillet 2023, les autorités azerbaïdjanaises l’ont arrêté pour des accusations forgées de toutes pièces de production, acquisition ou vente de fausse monnaie par un groupe organisé.

Par la suite, les autorités l’ont également accusé d’« extrémisme ». Son arrestation et les poursuites dont il fait l’objet semblent constituer des représailles en lien avec ses critiques contre le gouvernement et ses activités politiques et civiques.

Dernièrement, il avait notamment participé à la création d’une fondation pour aider les étudiant·e·s azerbaïdjanais à obtenir des financements provenant d’avoirs saisis à des ressortissant·e·s azerbaïdjanais en vertu de la législation anticorruption du Royaume-Uni.

Gubad Ibadoghlu souffre de graves problèmes de santé et sa vie restera menacée tant qu’il se trouvera en détention provisoire.

Gubad Ibadoghlu est un économiste et homme politique azerbaïdjanais de renom. Il est le président du Mouvement pour la démocratie et la prospérité de l’Azerbaïdjan, créé en 2014 et que les autorités azerbaïdjanaises ont arbitrairement refusé d’enregistrer en tant que parti politique. Il a été chercheur invité à la London School of Economics et a dirigé l’Economic Research Center, une ONG ayant effectué des recherches sur la gestion des finances publiques, la bonne gouvernance et la transparence budgétaire. Les autorités azerbaïdjanaises ont arbitrairement fermé de force l’Economic Research Center et gelé ses comptes bancaires en 2014, dans le cadre de restrictions de grande ampleur imposées à la société civile azerbaïdjanaise. Gubad Ibadoghlu a pris le chemin de l’exil politique en 2017, mais est revenu en Azerbaïdjan en 2023 pour rendre visite à sa famille.

Le 23 juillet, des policiers ont arrêté Gubad Ibadoghlu et son épouse alors qu’ils se rendaient en voiture à Sumgayit, une ville située à une quarantaine de kilomètres de la capitale, Bakou, pour rencontrer des jeunes militant·e·s du Mouvement pour la démocratie et la prospérité de l’Azerbaïdjan. Quatre voitures banalisées ont encerclé leur véhicule vers 13 heures et l’ont forcé à s’arrêter en le percutant à l’avant et à l’arrière. Selon leur enfant, Zhala Bayramova, 20 officiers en civil « les ont forcés à sortir de leur voiture et les ont agressés physiquement, puis les ont contraints à monter dans des voitures séparées et les ont conduits devant l’Unité de lutte contre le crime organisé du ministère de l’Intérieur à Bakou ». Après avoir été libérée à 19 heures, Irada Bayramova présentait plusieurs hématomes sur les bras, les jambes et le dos.Gubad Ibadoghlu a porté plainte contre les mauvais traitements qu’ils ont subis.

Selon la déclaration officielle faite par le ministère azerbaïdjanais de l’Intérieur le 23 juillet, l’arrestation de plusieurs personnes, dont Gubad Ibadoghlu, s’inscrit dans une opération contre les partisan·e·s de Fethullah Gülen, dignitaire religieux turc en exil que les autorités turques ont qualifié, ainsi que ses sympathisant·e·s, d’« organisation terroriste ».

La police aurait saisi 40 000 dollars des États-Unis en espèces, entre autres, dans les bureaux de l’Economic Research Center. Elle a également perquisitionné le domicile de Gubad Ibadoghlu et d’Irada Bayramova et brièvement détenu le frère de Gubad, Gabid Baymalov. Le 2 août, le tribunal de Bakou a rejeté la plainte de Gubad Ibadoghlu concernant la perquisition illégale de son domicile. Le 16 novembre, les autorités azerbaïdjanaises ont prolongé sa détention provisoire de trois mois, soit jusqu’au 24 février 2024.

Gubad Ibadoghlu souffre de problèmes cardiaques, de diabète de type 2, de maladies rénales, d’une distension de la veine jugulaire, d’ulcères gastriques, de graves douleurs lombaires, et son état de santé se détériore rapidement. Selon sa famille, bien que sa glycémie et son état de santé général se soient considérablement aggravés, il n’a pas passé les examens médicaux nécessaires en vue de déterminer les causes et d’établir un plan de traitement adapté. Certains des médicaments qu’il prenait régulièrement avant son arrestation ne lui sont pas administrés, tandis que d’autres lui sont administrés de manière irrégulière, ce qui accroît le risque d’accident vasculaire cérébral et de développement de maladies cardiaques et d’autres affections potentiellement mortelles.

Le Parlement européen a adopté une résolution appelant à la libération de Gubad Ibadoghlu le 14 septembre 2023. La Cour européenne des droits de l’homme, reconnaissant le risque imminent de préjudice irréparable, a également pris des mesures provisoires au titre de l’article 39 de son Règlement. (voir ci-dessus)

Gubad Ibadoghlu est l’auteur de nombreuses publications universitaires et d’articles critiques à l’égard de l’Azerbaïdjan et de ses partenaires internationaux, notamment l’Union européenne et le Conseil de l’Europe.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit