Écrire Une tiktokeuse incarcérée pour avoir critiqué le président

Pour AGIR : copiez-collez le modèle de lettre ci-dessous dans le cadre bleu et envoyez-le au Ministre angolais de la Justice et des Droits humains, Marcy Cláudio Lopes : dndh.mjdh.angola@gmail.com
Vous pouvez aussi envoyer votre message en copie à l’Ambassade de la République d’Angola de Bruxelles : angola.embassy.belgium@skynet.be

Vous pouvez aussi personnaliser votre courrier avant de l’envoyer, cela augmentera la probabilité qu’il parvienne aux destinataires. Veillez à ce que votre courrier soit respectueux et persuasif - n’utilisez pas de langage haineux. Expliquez que vous suivrez de près cette campagne et que vous en parlerez à d’autres personnes.

Pour que nous puissions faire un suivi des actions, merci de mettre action@amnesty.be en copie cachée (Cci) de votre mail.

Le 13 août, la tiktokeuse angolaise Ana da Silva Miguel (plus connue sous le nom de Neth Nahara) a été arrêtée à Luanda, la capitale de l’Angola.

Le lendemain, elle a été condamnée à six mois de prison pour « outrage à l’État, à ses symboles et à ses organes », parce qu’elle a diffusé une vidéo en live sur TikTok dans laquelle elle critiquait le président.

À la suite d’un recours du ministère public le 27 septembre, sa peine de six mois de prison a été portée à deux ans. Depuis son arrestation, Neth Nahara n’a pas pu obtenir ses médicaments quotidiens, malgré son état de santé délicat. Le 3 décembre, elle a été hospitalisée en raison de la dégradation de son état.

Sa peine et sa condamnation découlent de l’exercice pacifique de son droit à la liberté d’expression : Neth Nahara doit être libérée immédiatement.

Neth Nahara, 31 ans, est une influenceuse connue qui se sert des réseaux sociaux pour commenter les sujets d’actualité en Angola, impliquant principalement des artistes célèbres et des personnalités politiques. Chanteuse et mère de deux jeunes enfants, sur les réseaux sociaux, où elle a des milliers d’abonné·e·s, elle est aussi connue pour ses positions controversées et polémiques et pour son partage d’informations sur sa vie personnelle, comme son état de santé et ses difficultés quotidiennes.

Dans les jours qui ont précédé l’enregistrement de sa diffusion en direct sur TikTok, le 12 août 2023, dans laquelle elle critiquait le président de la République, Neth Nahara avait dénoncé sur ses comptes de réseaux sociaux les tentatives de la police de saisir ses matériaux de construction, sans mandat, sur l’un de ses terrains.

En Angola, ces dernières années, le libre exercice du droit à la liberté d’expression est attaqué. Critiquer le président de la République est désormais une infraction pénale. En octobre 2022, Gilson Morreira (alias Tanaice Neutro), qui chante en kuduro, a également été condamné à 15 mois de prison pour « outrage contre l’État, ses symboles et ses organes », après avoir qualifié le président de la République de clown dans l’une de ses vidéos postées sur Facebook.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit