Écrire Début du procès des 15 jeunes militants

Quinze jeunes militants angolais détenus depuis plus de quatre mois vont enfin comparaître en justice entre le 16 et le 20 novembre prochain. L’un d’entre eux, Henrique Luaty da Silva Beirão, a mis un terme à sa grève de la faim le 27 octobre dernier au bout de 36 jours.

Quinze jeunes militants ont été arrêtés et placés en détention par les forces de sécurité angolaises entre le 20 et le 24 juin 2015 à Luanda, la capitale du pays, après avoir participé à une réunion pacifique visant à débattre de sujets liés à la politique et à la gouvernance sous le mandat du président José Eduardo dos Santos. Tous ont été inculpés le 16 septembre de préparation d’une rébellion et de tentative de coup d’État, mais leurs avocats n’en ont été informés officiellement que le 30 septembre. Au total, ils ont été maintenus en détention sans inculpation pendant plus de 90 jours, qui est pourtant le délai maximal prévu par la loi. Les charges retenues contre eux qualifient des infractions portant atteinte à la sûreté de l’État, qui sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement ou d’une amende.

Certains des militants ont entamé une grève de la faim le 20 septembre pour protester contre leur détention illégale. Henrique Luaty da Silva Beirão a cessé de s’alimenter pendant 36 jours, ce qui a eu des conséquences sur sa santé. Le 15 octobre, il a été transféré vers la clinique Girassol à Luanda. Le 20 octobre, il a exprimé le souhait d’être renvoyé à l’hôpital pénitentiaire de São Paulo afin d’être plus près de ses 14 camarades. Cet homme a mis un terme à sa grève de la faim sept jours plus tard. Les autorités ont accédé à sa requête le 3 novembre. Le 27 octobre, les 15 militants ont signé une lettre publique dans laquelle ils affirment que certains d’entre eux ont été sauvagement battus par des gardiens de prison et soumis à d’autres mauvais traitements, et qu’ils se sont vu refuser des soins médicaux en détention.

Leur procès devrait commencer entre le 16 et le 20 novembre devant le tribunal provincial de Luanda.

Amnesty International considère ces personnes comme des prisonniers d’opinion.

Les autorités angolaises ont pour habitude de réprimer la dissidence, souvent avec violence. Dans son rapport Punishing Dissent : Suppression of Freedom of Association and Assembly in Angola
(https://www.amnesty.org/fr/documents/afr12/004/2014/en/), Amnesty International a recueilli des informations sur la façon dont celles-ci restreignent illégalement la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique.

Plusieurs personnes ayant critiqué le gouvernement du président José Eduardo dos Santos ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires, de disparitions forcées, de détentions arbitraires et d’actes de torture. Bien que la liberté d’expression et de réunion pacifique soit clairement inscrite dans la Constitution angolaise et dans plusieurs traités internationaux que l’Angola a signés et ratifiés, ce droit continue d’être bafoué.

Les militantes angolaises Laurinda Gouveia et Rosa Conde ont été inculpées le 16 septembre dernier en même temps que les 15 jeunes militants, mais elles ne sont pas en détention.

Manuel Chivonde, Henrique Luaty da Silva Beirão et Osvaldo Sérgio Correia Caholo sont accusés d’autres infractions, à savoir changement illégal de nom (passible d’une amende), falsification de documents (passible de deux à huit ans d’emprisonnement) et vol de documents (passible de deux à huit ans d’emprisonnement et d’une amende) respectivement.

Le 23 octobre dernier, Michel Forst, rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, a diffusé une déclaration dans laquelle il exhortait le gouvernement angolais à libérer les militants. Cette déclaration a reçu le soutien de Maina Kiai, rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et d’association, David Kaye, rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, Juan Méndez, rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et Seong-Phil Hong, président du Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour George Floyd !

Signez notre pétition pour demander au gouverneur du Minnesota que justice soit faite pour George Floyd, afro-américain victime de violences policières