Écrire Une défenseure des terres autochtones a été attaquée

Bernarda Pesoa, une dirigeante de la communauté autochtone qom, a été agressée physiquement sur les terres de sa communauté, dans la municipalité de Benjamín Aceval, au Paraguay, le 27 octobre, par un groupe d’environ neuf hommes et femmes, en raison de son opposition aux travaux pour la création d’une plantation d’eucalyptus sur le territoire de la communauté.

Les responsables du projet n’ont pas correctement consulté les communautés en vue d’obtenir leur consentement préalable, libre et éclairé.

Les autorités de l’État doivent de toute urgence enquêter sur l’attaque contre Bernarda Pesoa et lui fournir une protection.

Bernarda Pesoa fait partie de l’organisation des femmes paysannes et autochtones (Organización de Mujeres Campesinas e Indígenas, CONAMURI) et du groupe d’artisans de sa communauté de Santa Rosa. Elle participe depuis 28 ans à des activités de défense de la terre et de l’environnement avec d’autres membres de la communauté qom. D’après Bernarda Pesoa, la communauté qom vivait traditionnellement de la chasse et de la cueillette dans la forêt et vit maintenant sur les terres de la communauté, depuis les années 1970.

Les membres de la communauté vivent de la fabrication de produits artisanaux à partir de plantes locales et de l’élevage à petite échelle de chèvres, de moutons et de poules. Ces dernières années des éleveurs de bétail et des entreprises privées ont empiété les terres de la communauté pour y mener des projets affectant les écosystèmes locaux.

La Fundación Paraguaya est une fondation privée qui mène un projet de plantation d’eucalyptus sur environ 20 hectares dans le district de San Francisco Asis, où vit la communauté de Bernarda Pesoa. La fondation affirme être parvenue à un accord avec deux dirigeants de communautés de San Francisco Asis. Cependant, les terres du district de San Francisco Asis appartiennent à huit communautés et les accords fonciers collectifs prévoient que toutes les communautés doivent être consultées quant aux affaires concernant leurs terres.

Plusieurs dirigeant·e·s, dont Bernarda Pesoa, ont signalé que des plantes médicinales et des arbres et espèces endémiques que les communautés utilisent pour leur consommation et leur artisanat se trouvent dans la zone destinée à la plantation. Elles ont également mis en lumière les conséquences que la mise en place d’une plantation de monoculture dans l’écosystème aurait en termes de perte de biodiversité, de sècheresse du sol due à l’érosion et d’utilisation de l’eau dans la zone.

D’après la Fundación Paraguaya, le projet vise à commercialiser de la biomasse et du bois d’eucalyptus pendant les dix prochaines années.

Des dirigeant·e·s de communautés ont fait part de leur inquiétude quant au projet de plantation d’eucalyptus et ont notamment déposé des plaintes et obtenu une audience devant la Commission des ressources naturelles du Sénat du Paraguay. De plus, il convient de noter que l’Institut national des communautés autochtones du Paraguay (Instituto Paraguayo del Indígena - INDI) a confirmé le 28 octobre qu’aucun processus de consentement préalable, libre et éclairé n’avait été mené concernant la plantation d’eucalyptus de la Fundación Paraguaya.

Le Paraguay est partie à la Convention 169 de l’OIT et a intégré les obligations contraignantes de ce traité à sa législation nationale, qui prévoit que les communautés autochtones affectées par des projets doivent être consultées en vue de l’obtention de leur consentement préalable, libre et éclairé avant tout projet.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Madame la Procureure générale,

J’ai appris avec effarement que Bernarda Pesoa, une dirigeante de la communauté autochtone qom, a été attaquée par un groupe d’environ neuf personnes le 27 octobre, qui l’ont blessée au visage et à la tête.

Les assaillant·e·s, qui d’après Bernarda Pesoa étaient des membres d’une communauté voisine, ont menacé de brûler sa ferme et de la blesser de nouveau. Des proches des assaillant·e·s ont conclu un accord avec une fondation privée qui a recommandé des travaux pour la création d’une plantation d’eucalyptus sur les terres appartenant à la communauté de Bernarda Pesoa et d’autres communautés. Bernarda Pesoa et d’autres dirigeant·e·s autochtones s’opposent à la création de cette plantation pour des raisons environnementales et culturelles et s’inquiètent du fait que toutes les communautés n’aient pas donné leur consentement à ce projet.

Je vous demande instamment de veiller à ce qu’une enquête indépendante et exhaustive soit menée sans délai sur l’attaque dont a été victime Bernarda Pesoa et de fournir une protection à cette femme et sa famille.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de ma haute considération,.

LANGUES À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : Espagnol
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

MARATHON DES LETTRES : Soutenez 10 personnes en danger

10 personnes en danger dans le cadre du marathon des lettres 2020. Signez pour les défendre, les faire libérer ou demander justice !