Écrire Un journaliste détenu en raison d’une publication sur les réseaux sociaux

Le journaliste Mamane Kaka Touda est actuellement détenu à la prison civile de Niamey, la capitale du Niger, pour avoir publié un post sur les réseaux sociaux concernant un cas présumé de COVID-19 au service des Urgences de l’hôpital de référence de Niamey, le 5 mars.

Il a été arrêté chez lui ce jour-là et inculpé de « diffusion de données tendant à troubler l’ordre public ».

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur le Président,

Je vous écris afin de vous faire part de mon inquiétude au sujet du journaliste Mamane Kaka Touda, détenu depuis le 5 mars à la prison civile de Niamey, pour avoir publié un post sur les réseaux sociaux concernant un cas suspecté de COVID-19 à l’hôpital général de référence de Niamey. Arrêté chez lui le 5 mars, il a été inculpé de « diffusion de données tendant à troubler l’ordre public ».

Depuis le 9 mars, les gardiens de la prison refusent de prendre la nourriture que la tante de Mamane Kaka Touda lui apporte et de lui donner, au motif que sa tante n’a pas de permis de communication. Ce permis n’est accordé qu’aux membres de la famille proche, c’est-à-dire aux époux, aux parents et aux frères et sœurs.

Je suis vivement préoccupé·e par le fait que les droits de Mamane Kaka Touda sont bafoués. Les autorités doivent protéger les journalistes, les lanceuses et lanceurs d’alerte, et toutes les personnes qui mènent des activités militantes et défendent les droits humains, conformément aux obligations internationales qui incombent au Niger en matière de droits humains.

À la lumière de ce qui précède, je vous invite à veiller :

• à ce que les charges retenues contre Mamane Kaka Touda soient abandonnées et à ce qu’il soit libéré immédiatement et sans condition ;
• dans l’attente de sa libération, à ce que Mamane Kaka Touda puisse sans délai consulter régulièrement et sans restriction l’avocat de son choix et puisse communiquer sans délai avec sa famille ;
• à ce que le droit à la liberté d’expression soit pleinement respecté, protégé et promu.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération,

LANGUES À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : [français]
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.

Mamane Kaka Touda, journaliste et défenseur des droits humains et membre de l’ONG Alternative Espaces Citoyens, est détenu à la prison civile de Niamey, la capitale du Niger.

Il a publié des posts sur les réseaux sociaux alertant au sujet d’un cas suspecté de COVID-19 le 5 mars. Dans un communiqué publié le même jour, l’hôpital a assuré qu’il ’n’y avait pas de cas de coronavirus dans ses services.

Un porte-parole du ministère de la Santé a par la suite confirmé le cas suspect mentionné par Mamane Kaka Touda, en expliquant qu’un ressortissant italien y avait effectivement été admis « par précaution », avant de quitter l’hôpital, les tests s’étant avérés négatifs.

Le Niger n’a pas encore identifié de cas de COVID-19 dans le pays.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour George Floyd !

Signez notre pétition pour demander au gouverneur du Minnesota que justice soit faite pour George Floyd, afro-américain victime de violences policières