Signer en ligne Marathon des lettres : Annulez la condamnation à mort de Magai Matiop Ngong

VICTOIRE ! La Cour d’appel du Soudan du Sud a décidé le 14 avril d’annuler la condamnation à mort de Magai Matiop Ngong parce qu’il était un enfant au moment du crime et de renvoyer l’affaire devant la Haute Cour pour qu’elle décide d’une peine appropriée. Il a quitté le quartier des condamnés à mort le 29 juillet 2020. « Nous nous félicitons de l’annulation par la Cour d’appel de la condamnation à mort de Magai Matiop Ngong, car le droit sud-soudanais et le droit international prévoient qu’un enfant ne peut pas être condamné à mort. Magai Matiop Ngong a eu de la chance. Deux autres personnes au moins qui étaient des enfants au moment de la commission du crime ont été exécutées dans le pays depuis mai 2018, a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe à Amnesty International. Lorsqu’il avait 15 ans, Magai Matiop Ngong aimait courir et les chants de gospel. Il était scolarisé dans un établissement d’enseignement secondaire et avait pour projet d’aider les gens quand il serait adulte. Mais la vie telle qu’il la connaissait a pris fin brutalement en 2017, lorsqu’il a été déclaré coupable de meurtre. Lors de son procès, il a déclaré au juge qu’il n’avait que 15 ans et a essayé d’expliquer que l’homicide dont il était accusé était un accident. Mais le juge l’a condamné à mort par pendaison. « Ce n’est pas un sentiment agréable d’apprendre que l’on va mourir. Je ne m’en réjouis pas… », dit-il. La peine de mort de Magai Matiop Ngong n’est pas un cas isolé au Soudan du Sud Magai (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Protégez les manifestants au Bélarus

Signez la pétition pour la protection des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique au Bélarus