Serbie : Exigeons un accès à des logements convenables pour les familles Roms !

Les normes internationales relatives aux expulsions forcées s’appliquent avant, pendant et après l’expulsion ! Les personnes touchées par les expulsions forcées ne devraient pas subir de préjudices et de violations de leurs droits - y compris leur droit à un logement convenable - et ne devraient donc pas être réinstallées dans des campements isolés et inadaptés. Depuis 2009, plus de 2000 Roms ont été victimes d’expulsions forcées à Belgrade. Les familles n’ont souvent pas été prévenues de leur expulsion, et encore moins consultées. Elles ont été réinstallées dans des containers, ou dans d’autres habitations informelles similaires, isolés du centre-ville. Aujourd’hui, environ 50 familles roms qui vivent à Belvil sont toujours en attente de réinstallation dans des logements permanents, dont la construction est financée par la Banque européenne d’investissement (BEI). La réinstallation doit être effectuée par les autorités de la ville, en vertu d’un plan d’action de réinstallation qui a été convenu entre la ville et la BEI.

Toutefois, les familles roms concernées ont déclaré à Amnesty International en juin 2013 qu’elles n’avaient reçu aucune information de la ville ou des consultants de la BEI à ce sujet depuis le mois de février 2013, période à laquelle il leur a été dit qu’elles allaient être réinstallées à Orlovsko Naselje et Glogonski Rit. Des croquis des maisons préfabriquées leur ont simplement été montrés, et il leur a été indiqué où chaque famille vivrait. Il n’y a pas eu de véritable consultation.

Récemment des fonctionnaires de la BEI ont déclaré à Amnesty International qu’ils espéraient achever la construction de logements permanents à Orlovsko Naselje d’ici la fin de l’année 2013, et que 25 familles pourraient alors s’y installer. Ils ont également indiqué que le site initialement proposé à Glogonski Rit pour accueiillir 25 autres familles avait été rejeté par la ville qui avait proposé un autre site situé à Jabucki Rit. Or il s’agit d’un site tout aussi éloigné du centre de Belgrade que celui précédemment proposé et qui n’est pas conforme, selon Amnesty International, aux normes internationales en matière de droit au logement.

Nous avons dès lors besoin de votre aide pour faire pression sur la BEI afin qu’elle s’assure que les autorités municipales ne réinstalleront pas ces familles Roms vivant à Belvil dans un lieu isolé et inadapté comme celui de Jabucki Rit, ce qui ne ferait que renforcer la ségrégation dont les membres de cette communauté sont déjà victimes et ne garantirait pas aux Roms un accès égal à l’emploi, à l’éducation et aux soins. Les nouvelles zones de relogement choisies ne doivent pas comporter d’élément ségrégatif par rapport au reste de la population.

Plus d’information :

Communiqué de presse du 25 avril 2013
Action urgente (352/12 - actualisation de février 2013)
Rapport (en anglais - avril 2011) “Serbia : Home is more than a roof over your head : Roma denied adequate housing in Serbia” :

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit