Action : Halte aux disparitions forcées en Syrie

Le recours présumé à des armes chimiques lors de nouvelles attaques en Syrie perpétrées le 21 août 2013 démontre que le drame en Syrie continue. C’est aussi vrai pour les familles de milliers de personnes disparues en Syrie. A l’occasion du 30 août, Journée internationale des personnes disparues, nous souhaitons attirer votre attention sur le sort, dans le monde entier, de milliers de personnes victimes d’une disparition forcée, et sur la souffrance de leurs proches et, en particulier, sur les disparitions forcées en Syrie qui ne cessent d’augmenter depuis ces deux dernières années. Alors que le conflit s’intensifie en Syrie, Amnesty International appelle toutes les parties à respecter le droit international humanitaire et souhaite en premier lieu que les civils ne soient pas oubliées ! Depuis le début du mouvement de protestation en Syrie en février 2011, des milliers de personnes soupçonnées d’être des opposants ont été arbitrairement arrêtées. Certaines n’ont pas réapparu et leur famille ignore où elles se trouvent et ce qu’elles sont devenues. D’autres, libérées après de longs mois de détention secrète ont décrit à Amnesty International les tortures et les autres mauvais traitements qu’elles avaient subis. Aidez-nous à soutenir les victimes de disparition forcée et leurs proches, et demandez aux autorités syriennes de mettre fin à cette pratique (...)

JPEGL’avocat spécialiste des droits humains Khalil Matouq fait l’objet d’une disparition forcée depuis son arrestation en octobre 2012. On ignore pour quelles raisons il a été arrêté. Il est atteint d’une maladie pulmonaire et selon des informations qui ont filtrées il serait en très mauvaise santé.

Une disparition forcée a lieu lorsqu’une personne est privée de sa liberté par l’État, ou des personnes agissant avec son autorisation ou son soutien, qui nie le fait qu’elle est détenue, ou dissimule ce qu’elle est devenue ou le lieu où elle se trouve, la privant de la protection de la loi. Une disparition forcée constitue un crime de droit international.

JPEGLe médecin Mohamed Bachir Arab a été arrêté le 2 novembre 2011 à Alep. Les raisons de son arrestation n’ont pas été établies mais elles pourraient être en lien avec sa participation à l’organisation de manifestations pacifiques. Il fait l’objet d’une disparition forcée depuis son arrestation.

Les disparitions forcées ont été un sujet de préoccupation sous le régime de la famille Assad. Amnesty International recense de tels cas en Syrie depuis la fin des années 1970, mais le nombre de personnes disparues a beaucoup augmenté au cours des deux dernières années.

JPEGAli Mahmoud Othman, journaliste amateur, a été arrêté en mars 2012. Il est apparu à la télévision syrienne en avril 2012 mais fait toujours l’objet d’une disparition forcée. « Ali nous manque, nous attendons son retour, déclare son frère. Merci à tous ceux qui ont fait quelque chose pour lui. »

A l’heure où le conflit s’intensifie en Syrie, n’oublions pas les personnes disparues et leurs familles !

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi envoyer un message de solidarité aux familles de personnes disparues en Syrie.

Les proches et les familles des personnes disparues sont souvent démunis et ont très peu de moyens pour faire valoir leurs droits et se défendre. Ils ont ainsi besoin de tout notre soutien pour continuer à lutter, avec force et obstination, pour le maintien de la mémoire des disparus, pour retrouver leurs traces et pour que les responsables de ces actes soient poursuivis en justice. Envoyez leur un message de solidarité ! Ce message sera transmis à l’ensemble des proches et familles de disparus en Syrie avec qui les chercheurs d’Amnesty International sont en contact aujourd’hui.

La pétition aux autorités syriennes. (le message de solidarité aux familles vous est aussi proposé à la validation)

Pour envoyer uniquement le message de solidarité

  • Articles en rapport sur amnesty.be
  • Syrie

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition