Saman Naseem doit obtenir un nouveau procès juste et équitable

Grâce aux appels que des milliers d’entre nous ont envoyés en février pour sauver la vie de Saman Naseem, les autorités iraniennes ont annulé sa condamnation à mort. La Cour suprême a en effet accepté sa requête concernant une révision judiciaire, ce qui signifie que sa déclaration de culpabilité et sa peine sont annulées et qu’il a le droit d’être pleinement rejugé. Nous devons cependant continuer à maintenir la pression sur les autorités afin que son nouveau procès soit conforme aux normes internationales, sans recours à la torture ou à la peine de mort. Saman Naseem avait 17 ans quand il a été arrêté pour son appartenance à un groupe d’opposition armée kurde et pour avoir pris les armes contre l’État. Il a décrit les actes de torture et les autres mauvais traitements qu’on lui a fait subir pour qu’il « avoue ». Il a été condamné à la peine de mort, bien que l’Iran ait ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant et d’autres traités internationaux des droits humains qui interdisent strictement l’exécution d’individus qui avaient moins de 18 ans lors des faits qui leur sont reprochés.

L’annonce de son exécution avait provoqué un tollé international. Au lieu d’être exécuté, Saman avait été transféré dans un lieu inconnu. Après cinq mois de silence, sans savoir où était Saman, ni même s’il était toujours en vie, sa famille a pu lui rendre visite en prison le 13 juillet 2015. Les autorités iraniennes ont également accepté sa demande de révision judiciaire, annulant ainsi sa condamnation à mort, prononcée pour « inimitié à l’égard de Dieu » et « corruption sur Terre ».

Saman fait maintenant face à un nouveau procès. Rejoignez-nous et aidez-nous à maintenir la pression sur les autorités afin que son nouveau procès soit conforme aux normes internationales, sans recours à la peine de mort, et en accord avec les principes de justice pour les mineurs délinquants. Tous les « aveux » obtenus sous la torture ou d’autres mauvais traitements ne doivent pas être utilisés dans son nouveau procès.

Plus d’informations :
Saman Naseem a été condamné à mort en avril 2013 par un tribunal pénal de Mahabad, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental, pour « inimitié à l’égard de Dieu » (mohareb) et « corruption sur Terre » (ifsad fil arz) en raison de son appartenance au Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), un groupe d’opposition armé kurde, et de son implication dans des activités armées à l’encontre des gardiens de la révolution. Sa peine a été confirmée par la Cour suprême en décembre 2013.

Selon les documents de procédure, au début de l’enquête, Saman Naseem a admis avoir tiré sur des gardiens de la révolution en juillet 2011. Il est revenu sur sa déclaration lors de la première audience, affirmant avoir tiré en l’air et ne pas connaître le contenu des « aveux » écrits qu’il avait été obligé de signer, étant donné qu’il avait les yeux bandés au moment de son interrogatoire. Ce jeune homme n’a pas pu avoir accès à son avocat au début de l’enquête, et aurait été victime de torture. On l’aurait ainsi suspendu la tête en bas pendant une longue période.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit