#JDIWI

JDIWI ou comment savoir si une personne souhaite avoir un rapport sexuel ? Comment en être sûr·e ?

#JDIWI est là pour t’aider, grâce à quelques règles très simples à appliquer à chaque fois que tu veux passer à l’acte. GuiHome vous détend et Abdel en vrai te les expliquent à leur manière, pour que désormais, le consentement n’ait plus aucun secret pour toi.

Envie de regarder comment GuiHome et Abdel en parle ? Clique sur l’image !

Envie de partager les 10 règles sur Insta, Facebook ou Twitter ? Clique ici pour télécharger tout ça.

10 règles à suivre pour devenir un pro du #JDIWI

Pas d’inquiétude, ces règles sont simples. Elles s’appliquent à tout le monde et partout, que l’on soit en couple ou pas. Respecter ces règles, c’est s’assurer de ne pas commettre l’irréparable. On y va ?

Règle 1 du JDIWI

La base. Si ta ou ton partenaire te dit Oui, et que ce Oui est prononcé en toute liberté, sans pression et sans menace de ta part : alors c’est bon, vous pouvez y aller ! Mais assure-toi bien que ce Oui persiste tout au long de vos ébats.

PNG - 43.6 ko

Règle 2

Simple, basique. Si pour toi c’est Oui mais que l’autre te dit Non, alors y’a pas moyen ! Et ça n’est pas la peine d’insister !

PNG - 44.7 ko

Règle 3

Si l’autre dort, elle ou il n’est pas en mesure de te donner son accord. Et si la personne a dit Oui puis s’est endormie, arrête-toi tout de suite, c’est pareil. C’est Non.

PNG - 45.1 ko

Règle 4

Si l’autre a dit Oui plusieurs fois, mais change soudainement d’avis et ne veut plus avoir de relation sexuelle, tu dois respecter sa décision. Même si vous êtes déjà bien engagés ! Et si la personne t’a dit Oui hier, cela ne veut pas dire que c’est Oui aujourd’hui !

PNG - 58.7 ko

Règle 5

Si l’autre hésite et n’est pas sûr·e, c’est non ! Et on n’insiste pas.

PNG - 43 ko

Règle 6

Quand on est ivre ou sous drogue, on n’est pas en capacité de prendre des décisions en pleine conscience. Donc ne cherche pas : si l’autre est dans cet état là, c’est Non. Et on ne te fera pas de cadeau… Profiter d’une personne qui n’est pas dans son état normal est gravement puni par la loi. Et de la même manière, le fait que tu aies toi-même bu ne sera pas une excuse pour minimiser ce que tu as fait !

PNG - 46.8 ko

Cela ne veut pas dire qu’une personne légèrement ivre ne peut en aucun cas consentir à une relation sexuelle, mais cela veut dire que dans ce cas là, l’attention portée au consentement doit être d’autant plus importante.

Règle 7

Si la personne dit Oui parce qu’elle est menacée ou parce qu’elle se sent contrainte de le faire pour quelque raison que ce soit, cela n’est absolument pas un Oui pleinement consenti. Donc c’est Non !

PNG - 45.8 ko

Règle 8

Il est possible que ton ou ta partenaire te dise Oui, mais que des signaux t’indiquent que c’est plutôt Non. Si l’autre est tendu·e, détourne le regard et ne semble pas à l’aise, arrête-toi. Rappelle-lui qu’un rapport n’est jamais une obligation et ne lui mets surtout pas la pression. Si son corps te dit Non, c’est Non !

PNG - 46.3 ko

Règle 9

Le silence est un Non. Quand ta ou ton partenaire n’exprime pas son accord verbalement et que certains indices corporels indiquent qu’elle ou il est mal à l’aise, sur la défensive ou encore pétrifié·e par la peur : c’est Non.

PNG - 44.8 ko

Et si tu passes à côté du #JDIWI ?

Ne pas respecter ces règles, c’est risquer de commettre un viol. Le viol est un crime puni par la loi, passible de prison. Mais surtout, il a des conséquences extrêmement traumatisantes sur les victimes, qui peuvent en souffrir toute leur vie. Une fois suffit. Une fois de trop.

Alors toi aussi, adhère au #JDIWI et assure-toi que chaque expérience que tu auras sera librement consentie !

Et n’oublie pas la Règle 10

PNG - 55.3 ko

Amnesty International s’adresse aussi aux ados et jeunes, pas qu’aux vieux :-)
Alors rejoins-les !

Fais un tour sur Amnesty Jeunes

Fais passer le message !

Tu veux aller plus loin ? Aide-nous à faire connaître le #JDIWI autour de toi !

Retrouve ici toutes les idées, les liens et les visuels pour relayer #JDIWI sur tes réseaux.

Tu peux aussi commander ici le matériel de la campagne (affiches, tattoos, badges, stickers !)

Et n’hésite pas à en parler également à tes profs. Des outils pédagogiques sur le sujet (ou pour approfondir la question) sont à leur disposition ici.

JPEG - 88.8 ko

Quelques adresses et sites pratiques pour t’aider

JPEG - 85 ko

Tu cherches plus d’infos sur le consentement et le sexe ?

  • www.loveattitude.be/sexualites te donnera plein d’infos sur la sexualité, la puberté, le consentement...
  • Arrête c’est de la violence www.arrete.be t’aidera à mieux comprendre où commence la violence et ce que tu peux faire pour en sortir.

Tu as commis un viol, ou tu penses l’avoir fait ?

  • Si tu as moins de 18 ans, tu peux appeler le Service Droit des Jeunes (SDJ) de ta région. Tu trouveras tous les contacts ici. Ce service est conçu pour expliquer la loi aux mineur·e·s et répondre à leurs questions.
  • Si tu es majeur·e, tu peux joindre le Centre d’Appui Bruxellois au 02 552 24 14 du lundi au jeudi, de 9h à 17h. Leur adresse mail est contact@cabxl.be.
  • Si tu as commis un tel acte envers ton ou ta partenaire, tu peux contacter l’association Praxis au 04 228 12 28. Les personnes qui y travaillent sont spécialisées dans la lutte contre les violences conjugales.
  • Si tu te rends compte que tu as forcé quelqu’un à avoir un rapport sexuel sans son consentement, tu peux également décider de te rendre au commissariat de police le plus proche pour reconnaître les faits.

Tu as été victime de viol, ou tu penses l’avoir été ?

  • Tu as moins de 18 ans : tu peux appeler gratuitement Ecoute Enfants en composant le 103, de 10h à minuit, tous les jours. C’est anonyme.
    Tu peux aussi tchater anonymement ici : http://www.maintenantjenparle.be/
  • Tu peux joindre gratuitement SOS Viol par téléphone au 0800 / 98 100 ou via le tchat accessible sur www.sosviol.be
  • Si la violence sexuelle a eu lieu il y a moins d’un mois, tu peux joindre au plus vite un CPVS (Centre de Prise en charge des Violences Sexuelles) à Bruxelles (02/535.45.42), Gand (09/332.80.80) et Liège (04/367.93.11). Tu seras pris·e en charge par une super équipe à l’écoute.
  • Les planning familiaux, partout en Belgique, peuvent aussi t’aider et te conseiller. Il y en a un peu partout : il te suffit de taper « planning familial » et le nom de ta commune sur internet pour accéder au planning le plus proche de chez toi.

Amnesty Belgique et SOS Viol se mobilisent contre les violences sexuelles en Belgique. Toi aussi, tu peux interpeller les autorités pour qu’elles agissent !

Signe la pétition !

Justice pour George Floyd !

Signez notre pétition pour demander au gouverneur du Minnesota que justice soit faite pour George Floyd, afro-américain victime de violences policières