Bélarus, Les « aveux » forcés de Raman Pratassevitch s’apparentent à une forme de mauvais traitement

Bélarus Raman Pratassevitch

Jeudi 3 juin, des « aveux » forcés de Raman Pratassevitch, journaliste bélarussien actuellement en détention, ont été diffusés à la télévision.

« Les "aveux" forcés de Raman Pratassevitch sur la télévision d’État bélarussienne ont été très difficiles à regarder. Il était clairement sur le point de s’effondrer, en larmes, présentant des lésions visibles sur les poignets, tandis qu’on le forçait à s’incriminer et à faire l’éloge de ses geôliers. Il s’agissait de coercition télévisée », a déclaré Marie Struthers, directrice pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale à Amnesty International.

« Cette "interview" dégradante et humiliante, montrant Raman Pratassevitch sous l’effet de pressions psychologiques intolérables, s’apparente à une forme de mauvais traitement, et les personnes responsables de cette mascarade doivent être amenées à rendre des comptes. Raman Pratassevitch a été privé de sa liberté et risque une lourde peine de prison pour avoir seulement exercé son droit à la iberté d’expression.

« Nous notons que le régime d’Alexandre Loukachenko a été vivement critiqué par la communauté internationale, notamment par les pays de l’Union européenne, et demandons aux gouvernements de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre fin à la crise des droits humains au Bélarus. Les auteurs d’actes de torture, d’homicides et d’autres crimes de droit international au Bélarus doivent être forcés à rendre des comptes, conformément au droit international, et les mécanismes de justice de transition disponibles doivent être mis en application. »

Complément d’information

Raman Pratassevitch, journaliste et blogueur bélarussien, qui est le co-fondateur de NEXTA, une chaîne d’opposition très suivie sur Telegram, a été arrêté le 23 mai après que son vol à destination de la Lituanie a été contraint à changer de trajectoire et à atterrir à Minsk. Le soir du 3 juin, la chaîne d’État bélarussienne ONT a diffusé un « entretien » avec cet homme, durant lequel il a dit avoir orchestré des manifestations antigouvernementales et a fait l’éloge d’Alexandre Loukachenko, le président du Bélarus. Tandis que Marat Markaou, le présentateur, lui posait des questions, Raman Pratassevitch a fondu en larmes plusieurs fois et s’est couvert le visage avec les mains. C’est alors que l’on a pu voir des marques sur ses poignets.

Raman Pratassevitch a été inculpé en vertu des articles 293(1) (« Organisation de troubles de masse »), 342(1) (« Organisation d’actions collectives portant gravement atteinte à l’ordre public ou participation active à celles-ci ») et 130(3) (« Incitation à la haine ou l’hostilité sur la base de l’appartenance raciale, ethnique, religieuse ou sociale ») du Code pénal. S’il est déclaré coupable, il encourt jusqu’à 20 ans de réclusion.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit