Belgique : pétition en faveur du réalisateur ukrainien Oleg Sentsov

À la veille du 3e anniversaire de l’incarcération du réalisateur ukrainien Oleg Sentsov à l’issue d’un procès inique, la section belge francophone d’Amnesty International lance une pétition en faveur de sa libération immédiate et sans condition.

« Personne ne devrait être inquiété, encore moins privé de liberté, pour avoir exprimé son opinion. Nous ne tolérons pas qu’Oleg Sentsov se retrouve emprisonné et risque de mourir parce que le gouvernement russe tente de faire taire les voix dissidentes », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty international. « Il existe aujourd’hui une pression internationale importante, y compris en Belgique, afin qu’Oleg Sentsov soit libéré et notre pétition est destinée à rassembler le maximum de voix qui le soutiennent afin qu’elles soient entendues. »

Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de prison par un tribunal militaire russe, suite à un procès inéquitable sur la foi d’« aveux » extorqués sous la torture. Le réalisateur a déclaré avoir été torturé lors de sa détention. Les agents du service fédéral de sécurité russe l’ont alors menacé de viol ainsi que de meurtre afin de le contraindre à avouer qu’il avait organisé des attentats à l’explosif, des actes de terrorisme et qu’il possédait des armes à feu illégales. Depuis, il ne cesse de clamer son innocence.

Les agents du service fédéral de sécurité russe l’ont alors menacé de viol ainsi que de meurtre afin de le contraindre à avouer qu’il avait organisé des attentats à l’explosif, des actes de terrorisme et qu’il possédait des armes à feu illégales. Depuis, il ne cesse de clamer son innocence.

Le réalisateur ukrainien a entamé le 14 mai 2018 une grève de la faim, appelant à la libération de « tous les prisonniers politiques ukrainiens » détenus par la Russie. Cela fait donc un peu plus de 100 jours qu’il a cessé de s’alimenter. Malgré ces précautions, son état de santé s’aggrave à une vitesse exponentielle. Oleg Sentsov est emprisonné dans une colonie pénitentiaire à Labytnangi, dans l’Arctique russe, à 5000 kilomètres de la Crimée d’où il est originaire. Après plusieurs mois dans cette prison, il a perdu deux dents et a commencé à perdre ses cheveux. En 2017, il a développé des problèmes cardiaques après avoir été exposé à des températures extrêmement froides. Depuis le début de sa grève de la faim, il a perdu 15 kilos.

Selon ses proches, Oleg Sentsov se dit prêt à mourir en prison pour ses convictions. « Tout le monde a compris que je ne céderais pas », déclarait-t-il dans une lettre rendue publique début juin.

La pétition est disponible sur le site d’Amnesty International Belgique francophone.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !