État d’Assam : Des millions de citoyens font face à un avenir incertain

Le 30 juillet, la liste du Registre national des citoyens (NRC) a été publiée.

« Amnesty International Inde craint que le processus d’inscription au Registre national des citoyens dans l’État d’Assam ne rende un nombre important de personnes apatrides. Il est possible que ce processus prive arbitrairement de leur nationalité des personnes qui vivent en Inde depuis des décennies. Nous invitons le gouvernement à allonger la période prévue pour faire appel et à garantir que tous les recours seront traités de manière transparente et non-discriminatoire. Il faut veiller à ce que les familles ne soient pas séparées et à ce qu’une aide juridique appropriée soit fournie à ceux qui risquent d’être déchus de leur nationalité, a déclaré Arijit Sen, responsable des programmes à Amnesty International Inde.

«  Le sort des personnes qui risquent d’être privées de leur nationalité en conséquence de ce processus demeure flou. L’Inde n’a même pas d’accord avec d’autres pays, notamment le Bangladesh, en matière d’expulsion. Le gouvernement doit rendre public son projet concernant ceux qui risquent de devenir apatrides et veiller à ce que leurs droits ne soient pas bafoués.  »

Actuellement, le Registre national des citoyens est mis à jour dans l’État d’Assam en vue de recenser les « immigrants illégaux ». On a demandé aux habitants de l’État d’Assam de démontrer leur citoyenneté en fournissant des documents spécifiques, qui prouvent qu’eux-mêmes ou leur famille vivaient dans le pays avant le 24 mars 1971. Le 30 juillet 2018, les autorités ont publié le projet de liste finale des personnes retenues en tant que citoyens au titre du processus du Registre national des citoyens. Cette liste exclut quatre millions de personnes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !