Mexique, acceptation de compétence du Comité des disparitions forcées

Le sous-secrétaire aux droits humains du Mexique, Alejandro Encinas, a publiquement annoncé l’intention de son pays d’accepter rapidement la compétence du Comité des disparitions forcées des Nations unies pour examiner les cas de personnes qui y ont disparu.

En réaction à cette déclaration publique, Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International, a déclaré :

« L’annonce du gouvernement mexicain est un signe important de sa volonté d’accorder justice, vérité et réparation aux victimes de disparition forcée dans le pays. Il faut que tous les efforts et les ressources disponibles soient mobilisés pour trouver une solution à ce problème, qui a pendant des années jeté une ombre sur les droits humains au Mexique. Amnesty International se réjouit de l’application prochaine de cette décision et continuera de suivre la situation des personnes disparues dans le pays, qui ne changera qu’avec un fort engagement de toutes les autorités.

Tania Reneaum, directrice d’Amnesty International Mexique, a pour sa part déclaré :

« L’annonce de l’acceptation de compétence répond enfin aux appels répétés, non seulement de notre organisation, mais aussi des proches de personnes disparues qui n’ont toujours pas été informés par les autorités du lieu où celles-ci se trouvent. C’est une avancée pour la reconnaissance de la responsabilité de l’État dans la disparition de personnes et nous espérons que les plus de 40 000 familles subissant la souffrance de l’incertitude auront bientôt accès aux certitudes auxquelles ils ont droit. »

Toutes les infos
Toutes les actions

En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons !

Amnesty demande la libération de tous les prisonniers et prisonnières d’opinion en Iran : ils risquent leur vie à cause du Covid-19 en prison. Signez la pétition