Etats-Unis, avertissement aux voyageurs au vu de la violence armée

Amnesty International a publié aujourd’hui un avertissement pour les voyageurs [1] appelant les personnes qui envisagent de voyager aux États-Unis, ou de s’y rendre, à la plus grande prudence lors de leurs déplacements dans le pays en raison de la violence liée aux armes à feu omniprésente, qui s’est tellement généralisée aux États-Unis que cela représente une crise des droits humains. Cet avertissement, calqué sur les conseils aux voyageurs publiés par le Département d’État américain à l’attention des Américains qui se rendent à l’étranger, incite les États-Unis à se regarder dans le miroir.

« Les personnes qui voyagent aux États-Unis doivent être prudentes car le pays ne protège pas suffisamment le droit des gens, quels qu’ils soient, à la sécurité. Les gens aux États-Unis ne peuvent pas raisonnablement espérer être en sécurité : il est impossible de garantir qu’ils ne seront pas victimes de coups de feu, a déclaré Ernest Coverson, responsable de la campagne End gun violence [Halte à la violence par arme à feu] à Amnesty International États-Unis. Une fois de plus, il est effrayant de constater que le gouvernement des États-Unis n’est pas déterminé à assurer la protection de la population contre la violence liée aux armes à feu. »

Cet avertissement aux voyageurs porte sur la violence par arme à feu qui s’intensifie, avec une majorité de crimes motivés par la haine, notamment par le racisme et la discrimination, et souligne que la race, le pays d’origine, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle ou encore l’identité de genre des voyageurs peuvent les mettre tout particulièrement en danger au vu des récentes attaques liées à l’idéologie de la suprématie blanche. 

Cette intervention attire l’attention sur le fait que de très nombreux aspects de la vie quotidienne aux États-Unis pâtissent d’une manière ou d’une autre de l’accès libre aux armes à feu, en l’absence de réglementation exhaustive et uniformisée concernant leur acquisition et leur utilisation. En accordant la priorité à la possession d’une arme à feu plutôt qu’aux droits humains, le gouvernement des États-Unis manque volontairement et systématiquement à son devoir et néglige ses obligations internationales concernant la protection des droits et de la sécurité des personnes.

Amnesty International demande une réforme de bon sens sur l’utilisation et la possession d’armes à feu, comprenant notamment des contrôles exhaustifs des antécédents, une réglementation nationale sur l’enregistrement et l’autorisation de détenir une arme à feu, la nécessité d’une formation, l’interdiction des fusils d’assaut et des chargeurs de grande capacité, et des lois imposant un stockage sûr. La campagne d’Amnesty International États-Unis contre la violence par arme à feu s’est focalisée sur l’adoption de l’interdiction des fusils d’assaut, et d’une loi visant à empêcher que des armes à feu ne soient utilisées pour commettre des crimes motivés par la haine.

Complément d’information 

Le rapport d’Amnesty International intitulé In the Line of Fire : Human Rights and the U.S. Gun Violence Crisis examine tous les aspects de la vie des Américains qui sont impactés d’une manière ou d’une autre par l’accès libre aux armes à feu, en l’absence d’efforts réels pour mettre en place une réglementation nationale. 

Le mois dernier, Amnesty International a publié un rapport montrant qu’aux États-Unis, les victimes de la violence par arme à feu souffrent pendant de longues années de ce traumatisme et de leurs blessures en raison de politiques gouvernementales destructrices qui négligent leurs besoins. 

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.