Turquie, force injustifiée et excessive à la Marche des Fiertés

Les participants à la marches des fiertés d’Istanbul qui manifestaient pacifiquement ont été agressés par la police à coups de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

En réaction à ces informations Milena Buyum, chargée de campagne sur la Turquie à Amnesty International, a déclaré :

« La marche des fiertés d’Istanbul, tout à fait pacifique, a de nouveau été gâchée par les actions injustifiées de la police qui a attaqué des groupes de participants. L’usage gratuit de gaz lacrymogènes et de balles en plastique dans ce contexte est totalement inacceptable et ne fait qu’aggraver l’interdiction illégale qui vise les personnes LGBTI et leurs soutiens.

« Les représentants d’Amnesty International qui suivaient cet événement ont reçu des témoignages selon lesquels la police avait annoncé que les personnes vêtues de manière " inappropriée " seraient arrêtées – une attaque flagrante contre la liberté d’expression.

« Nous sommes consternés d’apprendre que des personnes ont été arrêtées de manière arbitraire uniquement pour avoir participé à la marche des fiertés d’Istanbul. Elles doivent être libérées immédiatement et sans condition et les autorités doivent ouvrir sans délai une enquête sur le recours à la force excessive. »

Complément d’information

Le bureau du gouverneur d’Istanbul a interdit la tenue de la marche des fiertés sur la place Taksim qui se trouve au centre et ailleurs dans la ville. Après des négociations de dernière minute entre la police et les organisateurs de la marche des fiertés d’Istanbul, les participants ont reçu l’autorisation de se rassembler à Mis Street, près de la place Taksim, où des représentants du comité organisateur ont lu une déclaration. La police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les participants qui avaient quitté Mis Street et continuaient de faire la fête par petits groupes dans les rues adjacentes. La marche des fiertés d’Istanbul est interdite depuis 2015, pour des motifs illégaux.

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.