Idlib - Une attaque imminente menace 2,5 millions de vie

Plus de la moitié de la population d’Idlib, en Syrie, a déjà, plusieurs fois fui des atrocités : famine, siège et crime de guerre à Alep, en Ghouta orientale, à Homs, à Daraa et ailleurs. Maintenant, ils peinent à avoir accès à de la nourriture, de l’eau et des soins de santé.

En ce moment, ces mêmes personnes subissent des attaques des forces du gouvernement syrien. Ces dernières, soutenues par les forces russes, utilisent des bombes à sous munitions et des bombes-barils, des armes bannies par la communauté internationale. Alors qu’une attaque à grande échelle sur Idlib est imminente, des pertes civiles dévastatrices et crimes de guerres sont probables. Il faut de toute urgence cesser les attaques à répétition contre les civils, comme nous en avons déjà été témoins dans d’autres villes syriennes. Chaque seconde compte La vie de millions de personnes sont entre les mains des gouvernements syrien et russe, mais également iranien et turc qui ont une forte influence sur le gouvernement syrien. Tous ces pays sont dans une position unique pour empêcher une tragédie à Idlib. Demandez à ces gouvernements de protéger les civils à Idlib de l’attaque et d’autoriser l’aide humanitaire à fournir de la nourriture, de l’eau propre et des soins de santé à ceux qui en ont besoin.

Des attaques utilisant des armes interdites à l’échelle internationale ont déjà eu lieu dans le sud du gouvernorat d’Idlib. 14 personnes civiles y ont perdu la vie et 35 ont été blessées. Selon 11 habitants d’Idlib, les forces du gouvernement syrien ont largué des bombes-barils et tiré des missiles dispersant des bombes à sous-munitions sur des zones à forte population pendant plusieurs jours, endommageant des écoles et des habitations.

Au moins 2,5 millions de personnes vivent à Idlib, dont 700 000 qui ont fui d’autres régions de Syrie. Plus de la moitié de la population d’Idlib a déjà été déplacée, parfois à de multiples reprises. Jusqu’à 300 000 personnes déplacées se sont rendues à Idlib depuis août 2017. Selon les organismes humanitaires de l’ONU, plus de 2 millions de personnes à Idlib ont besoin de nourriture, d’eau et de soins médicaux.

Nombre des personnes déplacées vivent dans des camps surpeuplés installés près de la frontière avec la Turquie, sans infrastructure adaptée ni accès à de l’eau potable et à l’électricité. Les possibilités d’emploi étant rares, la majorité des habitants d’Idlib dépendent de l’aide humanitaire pour survivre.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit