Journée internationale des droits des femmes : Amnesty se mobilise contre les violences faites aux femmes

Ce 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Amnesty International prendra part à la « Marche mondiale des femmes » à Bruxelles et se mobilisera pour dire non aux harcèlements sexistes et aux violences sexuelles.

Dans ce cadre, la section belge francophone d’Amnesty International lance une pétition appelant la Belgique à mieux respecter ses obligations liées à la Convention du conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, appelée également Convention d’Istanbul qu’elle a signée puis ratifiée en 2016.

« Des avancées significatives ont été observées depuis novembre 2015, lorsque nous avons remis au Premier ministre, Charles Michel, une pétition signée par quelque 23 000 personnes demandant au gouvernement de mettre à disposition des moyens pratiques et financiers suffisants en matière de lutte contre les violences sexuelles, explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. Cependant, des efforts importants restent à fournir, notamment la mise en place de mesures adéquates, comme des formations destinées aux professionnels, la mise en place de campagnes d’information régulières, la systématisation d’une éducation non-sexiste dans les programmes d’enseignement, le développement d’hébergements d’urgence, etc. »

La Journée internationale des droits des femmes sera également l’occasion pour Amnesty International de mettre en lumière le cas de femmes défenseures des droits humains menacées à travers le monde et notamment celui de cinq femmes saoudiennes (Loujain al-Hathloul, Iman al-Nafjan, Aziza al-Yousef, Samar Badawi et Nassima al Sada) persécutées par les autorités de leur pays en raison de leurs activités pacifiques.

Toutes les infos
Toutes les actions

Libérez celles qui se battent contre la peine de mort

Agissez pour demander la libération de trois défenseures iraniennes en prison pour avoir militer contre la peine de mort. Signez la pétition