Singapour : Le gouvernement doit cesser de harceler une plateforme d’informations en ligne

Le rédacteur en chef visé par une inculpation pénale au sujet d’un article qui critiquait le gouvernement de Singapour est la dernière victime du durcissement de la répression contre la liberté d’expression dans le pays.

Le 20 novembre, la police de Singapour a fait une descente au domicile de Terry Xu, rédacteur en chef du site d’informations The Online Citizen (TOC) et a saisi tous les équipements électroniques. Les policiers l’ont informé qu’il faisait l’objet d’une enquête pénale pour diffamation en lien avec un article publié sur son site le 4 septembre. Les autorités ont également menacé d’engager des poursuites à l’encontre de l’auteur présumé de cet article, Willy Sum.

« S’en prendre à Terry Xu et Willy Sum est une manœuvre honteuse des autorités visant à réduire au silence et sanctionner la dissidence pacifique. Ils sont persécutés parce qu’ils ont osé publier un contenu critique à l’égard du gouvernement singapourien, a déclaré Nicholas Bequelin, directeur régional pour l’Asie de l’Est et du Sud-Est et le Pacifique à Amnesty International.

« Il s’agit du dernier exemple illustrant la foudre des autorités vis-à-vis des médias indépendants qui refusent de rester dans le rang lorsqu’ils publient des opinions sur la société et la politique. La répression visant la liberté d’expression à Singapour doit cesser, à commencer par l’abandon des accusations malveillantes portées contre Terry Xu. »

La réponse du gouvernement à cet article, qui traitait de « faits présumés de corruption au plus haut niveau » à Singapour, s’inscrit dans une série d’attaques contre les reportages des médias indépendants.

Mi-novembre, au moins un autre citoyen, Leong Sze Hian, a été menacé de poursuites pour diffamation, s’il ne s’excusait pas publiquement d’avoir partagé un article critique sur son profil personnel Facebook.

Les descentes effectuées le 20 novembre font suite à une plainte déposée auprès de la police contre The Online Citizen (TOC), l’un des rares sites d’information politique indépendants du pays, par l’agence gouvernementale Infocomm Media Development Authority (IMDA).

Selon l’un des porte-parole de l’IMDA : « L’article de The Online Citizen intitulé ’The take away from Seah Kian Ping’s Facebook post’ portait de graves accusations qui sapent la confiance de la population dans l’intégrité du gouvernement  ».

L’ordinateur de bureau, les appareils mobiles et les ordinateurs portables de Terry Xu ont tous été saisis à son domicile par cinq policiers. Il a ensuite été conduit au poste et interrogé jusqu’à 23 heures mardi.

Il fait l’objet d’une enquête pour diffamation au titre de l’article 21 (1) du chapitre 68 du Code de procédure pénale.

Selon certaines informations, la police a également saisi les équipements électroniques de Willy Sum, mais ne l’a pas encore interrogé. L’article a été supprimé du site de The Online Citizen.

Les attaques des autorités singapouriennes contre la presse et des citoyens se multiplient depuis que le site d’informations alternatif States Times Review a publié un article établissant un lien entre le Premier ministre Lee Hsien Loong et le scandale de corruption 1Malaysia Development Berhad (1MDB).

En outre, le gouvernement renforce la censure visant d’autres médias d’informations qui relaient des opinions critiques à l’égard des autorités.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.